Autre procédé qui offre une plus grande liberté d'interprétation et qui a ma préférence. Avec cette technique, on choisit la couleur que l'on veut obtenir avec de l'aquarelle ou de véritables pigments naturels.

Ici, j'ai appliqué sur le papier aquarelle, au pinceau, une mince couche de gomme arabique et de bichromate de potassium mélangé avec de l'aquarelle. J'ai laissé sécher dans l'obscurité puis, comme pour le cyanotype, j'ai insolé le papier à travers le négatif en contact direct avec le papier, au soleil (plus exactement à l'ombre car les UV sont suffisant et on maitrise mieux le temps d'exposition qui est plus long).

Ensuite j'ai plongé le papier dans l'eau pour que l'image apparaisse. A ce stade il est possible d'intervenir sur l'image avec un pinceau fin et de manière trés habile (au risque d'arracher une couche de produit et de laisser une trace blanche irrémédiable) pour relever certaines lumières.

J'ai réalisé cette image en 3 couches (du plus clair au plus foncé).

Sans_titre_10